Une enfance quelconque.


Gontran H est né en 1966, en novembre pour être précis, le 17 pour l'être encore plus. À six heures du matin. Mais comme tous les natifs du signe du scorpion, il ne croit pas au zodiaque. Il trouve que non, c'est pas possible.

Ses parents, ses professeurs, son chien et ses amis, eux, c'est en lui qu'ils ne croient pas. Si bien qu'un jour, alors qu'ils le prient d'aller se faire voir, il y va sans se faire prier. Et là, il découvre qu'on peut très bien avoir une plume au sens figuré, tout en étant une plume au sens propre. Alors, il se met à écrire, mais super lentement. Une cinquantaine d'années plus tard, il a commis des milliards de débuts de livres, mais seulement trois fins.

Une adolescence avec des cheveux.

Les choses se gâtent à l'adolescence quand Gontran H découvre que la moitié de l'humanité est faite de ces créatures qu'on appelle "femmes", mais pas directement sinon on se fait engueuler. Il en veut absolument une. Il trouve le concept magnifique et plutôt utile, notamment pour trouver le sommeil et un sens à la vie.

Parallèlement, il lit beaucoup, sauf le vendredi. Ce jour-là, il se laisse pousser les cheveux pour avoir l'air génial. Et ça marche ! Pas mal de gens y croient à fond, allant même jusqu'à devenir son ami pour avoir l'air d'être l'ami d'un mec qui a l'air génial.

Une mort pas encore décidée.


Gontran H mourra le 30 février 2087 dans le dénuement le plus moyen.

N'ayant pas encore décidé de la façon dont il mourra, peut-être d'un cancer du genou, d'un accident de trottoir, de chagrin ou occis par un mari jaloux, il se contente de vivre jusque là en ne prenant pas la vie au sérieux. D'ailleurs, comme il le dit lui-même : "Je me contente de vivre jusque là en ne prenant pas la vie au sérieux !"


Pour en savoir plus.

Devenez son ami ou sa maîtresse !

Adulte très jeune.

Gontran H devient père pour la première fois le 11 mars 1988, en la personne de Clément. Le hasard a voulu que ce soit pile poil dix ans après la mort de Claude François. Hélas, c'est également six ans, quatre mois et treize jours après celle de Georges Brassens, ce qui, symboliquement, ne ressemble à rien de bien terrible.

Il devient de nouveau père le 10 octobre 1994 (Violette), puis encore le 19 avril 1997 (Fanette), puis enfin le 19 février 1999 (Solenne).

Bref, il est adulte très jeune, au point qu'il rentre à l'armée pour huit ans et pour nourrir sa petite famille. Plus tard, il livrera des colis 3 Suisses, sera éducateur dans un Centre d'Expression et de Créativité, accompagnateur en maison de repos, et bien entendu écrivain, mais donc très lentement.

Enfin, il devient grand-père d'un petit Séraphin le 14 décembre 2016 et une autre fois d'une petite Élisabeth, le 29 mars 2018.


Soudain...


Soudain, il perd ses cheveux !

Mais ça va, il garde son côté génial.